Passation des pouvoirs père-fils réussie pour Colin Hunter

Colin Hunter accorde de plus en plus de temps à sa carrière de chanteur de jazz. (Photo 2M.Media –Martin Deland Photostat)

Dans une soirée signée Sunwing à la Maison du jazz de Laval, le transporteur crooner Colin Hunter a interprété avec l’aplomb qu’on lui connaît les plus grands succès de Frank Sinatra, lui dont le fils tient désormais les rênes de l’entreprise qu’il a fondée en 2005. Par Benoit LeBlanc.

«Avec Stephen qui assure désormais l’essentiel de la direction, bien que je garde encore la présidence du conseil d’administration, j’ai enfin la chance de faire quelque chose que j’aime plus que tout: chanter!», confiait Colin Hunter avant de se produire au club du boulevard de l’Avenir.

«L’astuce, c’est que je n’ai plus à pourvoir aux besoins de la famille, alors je peux chanter autant que j’en ai envie.»

Colin Hunter, crooner et président de Sunwing

Le 17 mai, l’homme d’affaires et chanteur de jazz a fait honneur au répertoire d’Ol’Blue Eyes en chantant les Come Fly With Me, I’ve Got You Under My SkinCome Dance With MeFly Me to The Moon et My Way, ainsi que des classiques d’autres artistes tels Hot CorazonAt LastRoute 66 et St-Louis Blues.

ce-05062018-colinhunterhouseofjazz-2.jpg

Un trio de musique latine a assuré l’ambiance durant l’accueil des convives. (Photo 2M.Media –Martin Deland Photostat)

«L’émotion qu’avait Frank Sinatra dans son interprétation n’a rien d’égal chez le public, souligne Colin Hunter qui se produit environ une soixantaine de fois derrière un micro chaque année. Ce sont toujours ses chansons qui font réagir le plus les gens. Je le réalise notamment quand je chante au Jazz Bistro, mon propre club de musique à Toronto.»

Héritage du père

À l’été 2017, Colin Hunter avait participé à un concert hollywoodien en compagnie de l’Orchestre symphonique de Laval devant plus de 2300 personnes rassemblées au parc des Prairies. Les gens ne cessaient de se regarder et murmurer entre eux, la voix de Colin Hunter ressemblant à s’y méprendre à la légende Sinatra, pouvait-on alors lire dans le Courrier Laval.
«J’ai toujours chanté en face de la radio, se souvient celui qui est déjà monté sur la scène mythique du Blue Note, à New York.  Mon père écoutait les Tony Bennett, Bing Crosby, Dean Martin,  Nat King Cole et, bien sûr, Sinatra.  En 2005, mon homme au Québec, Sam Char, m’a demandé de performer lors de la présentation de nos agents québécois. C’est devenu une histoire plus sérieuse par la suite.»

Be the first to comment on "Passation des pouvoirs père-fils réussie pour Colin Hunter"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*