35 ans de récoltes au Marché : manger local n’a jamais goûté aussi bon!

(Photo gracieuseté)

Par ALEXANDRA RIZZUTO , vice-présidente, Marché Public 440 marche-public440.com

La fin de l’été est ma période préférée de l’année au Marché.  J’adore faire ma promenade quotidienne au milieu du brouhaha matinal où les maraîchers et producteurs étalent leurs dernières récoltes débordantes de fraîcheur et de couleurs!

En 1983, mon père a construit le Marché et la petite fille que j’étais, aimait s’amuser chez les maraîchers, se cacher parmi les sacs de blé d’inde, se déguiser en mascotte et savourer tout ce qu’on avait à lui offrir et tout était si bon! Une passion est née.

Le Marché a sous son toit, des maraîchers hors pair, tels que le roi du maïs sucré, George Denault et fils sans oublier Caro-line, Rita Hébert, Omer Charbonneau et Éric et Mario Chaumont! Contrairement à Montréal, nous avons la chance d’avoir plusieurs producteurs ici-même sur notre île, à quelques kilomètres à peine du Marché! Je pense à la Ferme F. Turcot qui fournit le maïs, les poivrons, les oignons, les concombres et les tomates. Il y a aussi le Verger Gibouleau qui nous gâte avec de belles pommes fraîches et finalement, Productions Margiric qui approvisionne la Fruiterie du Marché de façon quotidienne, avec le brocoli, le concombre, et le cantaloup.

Avec l’arrivée de l’automne, tous ces beaux produits frais et locaux seront moins en moins abondants dans les prochaines semaines. Afin de prolonger le plaisir et d’emprisonner ces saveurs estivales, les conserves deviennent un incontournable pour plusieurs d’entre nous.

Dans notre famille, septembre annonce inévitablement le moment où nous nous réunissons tous chez ma mère, le temps d’une fin de semaine, pour préparer la sauce tomate à l’italienne. Pour préserver la propreté de la maison, c’est dans le garage que la production a lieu. Mais ne vous y méprenez pas, le garage de ma mère est aussi propre que sa cuisine!

La porte de garage demeure ouverte et les brûleurs sont installés à l’extérieur sur lesquels sont posés d’énormes chaudrons car notre production doit nourrir plusieurs personnes et ce pour toute une année!  Et à chaque année, des passants et automobilistes curieux s’arrêtent pour nous demander notre méthode.  J’ai donc pensé vous partager cette tradition transmise dans ma famille depuis des générations : une vraie recette de sauce tomate italienne!  Ce que les italiens appellent la « passata ».

Matériel nécessaire pour la « passata » que vous retrouverez à la boutique Variations 440 du Marché

  • Des brûleurs avec au moins deux bonbonnes ou une cuisinière.
  • Des chaudrons.
  • Des couteaux.
  • Un extracteur à manivelle ou électrique.
  • Des cuillères de bois.
  • De larges louches.
  • Une passoire.
  • Des gants pour protéger de la chaleur. (facultatif)
  • Des pots Mason avec couvercles en deux parties.
  • Des entonnoirs spéciaux pour pots Mason. 

(Photo gracieuseté)

Étapes : 

  1. Acheter des tomates italiennes au Marché.
  2. Laver et laisser sécher les tomates une nuit entière.
  3. Enlever le pédoncule de chacune des tomates.
  4. Faire bouillir les tomates dans de l’eau bouillante pour au moins 15 minutes.
  5. Passer les tomates blanchies à l’extracteur afin d’en séparer le jus et la pulpe.
  6. Repasser la pulpe à l’extracteur une fois de plus afin d’épaissir la sauce.
  7. Jeter la pulpe ayant déjà passée dans l’extracteur.
  8. Remettre la sauce tomates dans les chaudrons et amener à ébullition puis laisser réduire pendant 20 minutes.
  9. Transférer la sauce bouillante directement dans les pots.
  10. Remettre rapidement le bouchon et placer dans des caisses.

(Photo gracieuseté)

Note: Il est important d’attendre que la partie amovible du couvercle fasse un petit « pop » afin de s’assurer que le tout soit bien scellé. 

Je vous invite à essayer, vous ne serez pas déçus! Je vous donne donc rendez-vous le mois prochain. Entre-temps, afin d’être à l’affût de tout ce qui se passe au Marché ainsi qu’avoir accès à toutes nos recettes, vous pouvez vous abonner à notre infolettre, nous suivre sur nos pages Facebook ou Instagram et visiter notre site web. À bientôt!

Be the first to comment on "35 ans de récoltes au Marché : manger local n’a jamais goûté aussi bon!"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*